Le contrôle technique va entamer une phase expérimentale

Le contrôle technique va entamer une phase expérimentale

Mesurer NOx et particules n’est pas une mince affaire : vingt centres de contrôle vont prochainement servir de laboratoire, avant que l’Etat ne décide d’une méthode pour tous.

Il a donc été finalement décidé… d’attendre. Le contrôle technique des émissions polluantes, plus particulièrement les mesures de NOx (pour les diesels) et de particules (pour les essences) ne sera pas mis en place de sitôt. Comme l’a déjà largement détaillé L’argus, mesurer les NOx de manière simple et rapide, comme l’exige un contrôle périodique, n’est pas une mince affaire. Certains équipementiers ou constructeurs ne jurent que par la mise en charge du véhicule sur un banc de puissance, quand d’autres indiquent qu’une mesure en statique avec un appareil adéquat peut très bien faire l’affaire. Après quelques réunions sous l’égide de la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC, ministère de l’écologie), aucune position commune n’a été dégagée. Il a donc été décidé de lancer prochainement, avant la fin de l’été 2016, une phase expérimentale qui concernera 20 centres sur toute la France. Cette vingtaine d’établissements vont essayer toutes les solutions proposées par les équipementiers pour mesurer NOx et particules. L’expérience devrait durer de trois à six mois, et une fois que les données seront collectées et analysées, la DGEC devrait être en mesure d’indiquer aux opérateurs quelle sera la méthode retenue pour tous.

Définition des seuils

Selon Dekra France, le but de cette phase est aussi « de fixer des seuils qui n’existent pas aujourd’hui« . Car l’Etat souhaite, d’après la loi de transition énergétique, mesurer les NOx.Hors, les seuls chiffres connus sont ceux issus de l’homologation des véhicules Euro 5 et 6. Des valeurs obtenues en laboratoire avec des véhicules neufs et optimisés, ce qui signifie que ces chiffres sont quasi-impossibles à atteindre pour des véhicules en circulation. Bien évidemment, les constructeurs refusent de livrer des valeurs cibles spécialement adaptées aux contrôleurs techniques…
D’après Spheretech Europe, entre 40 et 50 000 diesels vont être testés durant la phase expérimentale. La société compte, à l’instar de l’essentiel de ses concurrents, fournir des analyseurs cinq gaz spécialement adaptés aux moteurs diesels : « La mesure statique révèle un superbe potentiel, elle est reproductible et avec des appareils que les garagistes peuvent se payer » souligne l’équipementier…

Source article : ici

Share
Ce contenu a été publié dans Contrôle technique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *